Retour à la page d'accueil  

Encyclopédies  |  Manuels  |  Atlas  |  Bibliographies  |  Comptes rendus

Histoire-Hypermédia > Ouvrages bibliographiques
  
Introduction
Recherche
Types
Utilisation
 
 

LES INSTRUMENTS BIBLIOGRAPHIQUES
Joseph-Claude POULIN (2015)

B. QUE SONT LES INSTRUMENTS BIBLIOGRAPHIQUES POUR HISTORIENS ?

Il existe quatre catégories traditionnelles d'outils bibliographiques :

  1. les guides bibliographiques : ils dressent un bilan raisonné, et parfois critique, de la production savante relative à un domaine particulier. Par définition, ils sont très sélectifs; mais ils rendent le service de hiérarchiser la production accumulée, pour guider le lecteur vers les meilleurs travaux. Ils sont rétrospectifs par nature : leur utilité s'arrête à la date de leur parution. Pour faire un bilan des années suivantes, il faut attendre une nouvelle édition ou une mise à jour, ou recourir à d'autres instruments.
  2. les bibliographies rétrospectives : c'est la récapitulation bibliographique avec un rétroviseur. Elles ratissent la production passée plus largement que les guides bibliographiques, mais sans chercher à la juger; il revient au lecteur de s'y frayer un chemin selon ses critères personnels. Elles ressemblent donc aux guides bibliographiques par leur caractère récapitulatif, mais s'en distinguent par l'absence de sélection et d'évaluation.
  3. les bibliographies courantes : c'est la bibliographie en courant après l'actualité. Elles cherchent habituellement à être les plus complètes possible et rendent le service de tenir le lecteur informé de l'état le plus récent de la conversation savante. L'accumulation des livraisons successives – souvent annuelles – des bibliographies courantes finit par leur donner aussi une valeur rétrospective.
  4. les essais historiographiques : c'est-à-dire des bilans critiques de publications récentes dans un domaine ou sur un sujet donné, afin d'évaluer leur apport au développement récent des connaissances et interprétations. En mode imprimé, on les trouve généralement sous forme d'articles de revues (et parfois dans des thèses d'histoire). En mode informatisé, on les trouve dans une revue spécialisée dans ce genre bilan (« surveys of recent historiography ») comme History Compass (http://onlinelibrary.wiley.com), ou dans une bibliothèque numérique comme Oxford Bibliographies Online (http://www.oxfordbibliographies.com).

Les trois premières de ces familles d'instruments bibliographiques furent élaborées et pratiquées à l'âge de l'imprimé; elles ont par la suite franchi le seuil du numérique avec un sort inégal. La pratique des guides bibliographiques est en perte de vitesse, tandis que les bases de données fusionnent les services rendus par les bibliographies rétrospectives et courantes; à la rétro-numérisation des bibliographies passées s'ajoute en effet une mise à jour des bibliographies courantes à des intervalles beaucoup plus rapprochés que ne le permettait l'imprimé.

Ceci dit, chaque instrument bibliographique possède une personnalité propre, en fonction de parti-pris qu'il lui revient de définir; il est possible de reconnaître une dizaine de manières de qualifier les bibliographies d'histoire, d'après leur mode d'organisation et de fonctionnement :

  1. selon le degré de spécialisation : générales ou universelles, disciplinaires ou pluridisciplinaires, spéciales ou thématiques.
  2. selon le degré d'exhaustivité : complètes ou sélectives (d'après des critères définis).
  3. selon le type de documents recensés : monographies, contributions à des ouvrages collectifs, articles de revues, comptes rendus, thèses et mémoires, instruments de travail, atlas, éditions ou traductions de sources, recueils de documents, documents audio-visuels (films, vidéos), ressources informatisées (sites Web, autres ressources numériques).
  4. selon l'extension géographique des lieux de publication des travaux répertoriés.
  5. selon la couverture chronologique des dates de parution des études recensées.
  6. selon l'extension géographique des zones concernées par le contenu des publications énumérées.
  7. selon la couverture chronologique des périodes historiques concernées.
  8. selon l'extension linguistique des travaux inventoriés : unilingues, plurilingues ou polyglottes.
  9. selon le mode de présentation du contenu : signalétiques, annotées, avec abstract, raisonnées, analytiques ou critiques.
  10. selon le mode de publication : imprimé autonome ponctuel ou périodique, crypto-bibliographie (incorporée dans une autre publication qui ne s'annonce pas comme une bibliographie), base de données (habituellement disponible en ligne), livre électronique.

Avant d'utiliser un instrument bibliographique, de quelque type qu'il soit, on aura soin d'identifier correctement son profil spécifique; on pourra ainsi mieux cibler les requêtes et s'éviter d'y chercher des données qui ne peuvent pas s'y trouver.